Sarek, initiation arctique.


 

Le Parc National du Sarek est le cœur de la zone Laponia érigée par l’Unesco en « héritage mondial de l’humanité ».  Outre un paysage très alpin, la spécificité du Sarek est surtout de conserver une forme de Wilderness assumée, sans hébergement, infrastructure ou marquage de sentier.  Tout est fait pour éviter la fréquentation et conserver l’inaccessibilité des lieux.  Entrer dans le Sarek force à un certain isolement et à une autonomie dans la durée.

 

L'envie du Nord

L’envie est d'accompagner des personnes qui portent en eux des rêves de Grand Nord. D'être dans une traversée hivernale du Sarek avec ceux qui en ont l'envie mais pas l’expérience de la montagne en hiver pour partir ou monter leur projet seul. Nous traversons des vallées et des plateaux, nous sommes à ski de fond. Il ne faut donc pas d'expérience préalable, ni de connaissance particulière pour venir. Juste l'envie, forte.

 

L’hiver

Situé au nord du cercle polaire arctique, le Sarek jouit en hiver de conditions quasi arctiques. Au printemps, ces conditions sont généralement plus douces mais la proximité de l’Atlantique rend la météo assez imprévisible.  Le temps peut changer rapidement du grand bleu limpide au white-out. Mars-avril est la période la plus agréable et, en principe, la plus stable avec beaucoup de lumière et les températures les plus agréables, c-à-d entre -10 et -25°C (un froid sec bien isolant).

 

C’est toujours le Sarek qui décide…

Sur place, c’est le Sarek qui décidera du programme final.  Rencontrer les paysages, c’est aussi accepter qu'ils décident. Il est ainsi possible que la météo nous coince sous la tente, que nous changions de trajet ou de programme en fonction des conditions. Cela fait partie intégrante du projet.

 

C'est une rando qui n'est pas technique en ce qu'elle ne requiert pas beaucoup d'expertises préalables. Mais elle est "engagée", de par les conditions d'isolement et l'autonomie requise.  A travers cet engagement, la rencontre du paysage aide vraiment à se poser au présent, à se connecter à un plus grand que soi, à se recentrer.

 

Et vous pouvez aussi le faire avec des chiens de traîneau.

 


 

POUR QUI ?
Ceux qui ont une envie profonde de découvrir l'Arctique et rêvent de Grand Nord. Il faut une condition physique suffisante mais pas exceptionnelle.  Un mental positif en contexte engagé, une acceptation des autres, des conditions de vie et du paysage sont les critères essentiels et sont directement liés à l'envie de vivre une telle expérience. 

 

QUAND ?

La meilleure période de l'année s'étale, en principe, du début mars à la mi-avril, alors que le soleil revient et que les températures sont les meilleures (entre -10 et -25°C si tout va bien).

 

Pour une traversée, il faut considérer une dizaine de jours. Mais il est aussi possible  de concevoir un séjour plus court, sans traverser l'ensemble du parc, ou, à l'inverse, plus long en découvrant d'autres vallées (pour ceux qui sont déjà venus). La proposition a été faite également de passer une première journée d'initiation au ski de fond à Jokkmokk. A décider ensemble.

 

Pour le printemps 2019, deux groupes sont en train de se constituer. Le premier, du 15 au 24 mars, compte 5 participants (il reste donc plus ou moins 4 places); le second, du 25 mars au 3 avril, rassemble 6 participants probables (il reste 2 ou 3 places). Si vous êtes intéressé, contactez-nous via oukiok@oukiok.org ou le formulaire ci-dessous. En fonction des disponibilités de chacun, on se définira une soirée d'info et d'échanges. Emmenez-y vos envies, vos rêves et qui vous voudrez. Cela n'engage à rien.

 

AVEC QUOI ?

Oukiok s'occupe du matériel commun qui est très spécifique (et cher) comme les tentes, réchauds, téléphone satellite, etc, ainsi que des consommables communs (essence, carte tél, ...).  Pour le matos personnel, soit vous en disposez ou le trouvez de votre côté, soit il y a moyen de l'emprunter très bon marché à OUKIOK qui a investit. L'ensemble du matos de chacun est vérifié avant le départ lors du week-end de préparation.

 

AVEC QUI ?

Geoffroy initie le groupe dans ce Sarek qu'il connait profondément et fréquente à chaque printemps depuis une bonne quinzaine d'années. On limitera taille du groupe à 8 participants.

 

P.A.F.

Estimé à 590 €/personne pour une dizaine de jours.  Cette participation est calculée pour 8 participants sur base d'une traversée d'une dizaine de jours incluant deux nuitées en refuge, un repas final, des coûts d'amortissement du matériel commun (tentes, réchauds, pulkas, téléphone satellite, etc), le transport de ce matériel jusque là, ainsi que les consommables (essence, carte téléphone, etc). L'accompagnateur n'est ni payé, ni défrayé.

 

Cette participation n'inclut donc pas le voyage jusque là, ni le matos personnel (mais des prêts très bon marchés sont possibles), ni la nourriture (chacun prépare un repas du soir à partager avec le groupe), le repas du dernier soir est inclus. Nous voulons éviter que la contrainte du prix ne soit un obstacle.  Nous resterons donc attentif et ouvert à la discussion avec des participants potentiels pour lesquels le prix serait un frein.

 


 

Quelques retours de Sarek ...

 

" Encore mille mercis à toi et au Sarek. 

Tu as agrandi ma vie.

Cela sera inoubliable. "

 

" Comme il m’a été dur de laisser là les montages rudes et fières, cela m’a coûté de quitter l’intimité d’une tente ou les rythmes et le temps long sont respectés (...). "

 

" Pour être honnête, je ne connaissais pas du tout ces contrées et j’étais très loin de me douter qu’elles allaient m’apporter un grand plus dans ma petite vie terrienne. Je suis rentré avec plein de choses qui se bousculent dans les neurones mais avec une certitude: c’est d’y retourner et je comprends un peu ton attachement extraordinaire à ton 2ème chez toi. "

 

" Le Sarek nous aura certainement apporté quelque chose d'essentiel et de différent à chacun de nous."

 

"  Des larmes incontrôlables d'émotion et d'éblouissement en remontant la Rapadalen.  Après un moment, l'apaisement, et cet écho soudain dans ma tête, cette montagne a quelque chose à me dire. Je m'arrête et la regarde, et une première avalanche se déclenche. Comme en miroir de mes larmes.

 

Marquant, parce que rien à comprendre, juste à vivre. "

 

 



 

Plus d'infos ?

Envoyez nous un message avec vos coordonnées complètes à oukiok@oukiok.org

ou via le formulaire ci-dessous.

 

 

Veuillez entrer le code:

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.